4 mars 2010, 20:48

YAROSLAVL PARTICIPE ACTIVEMENT A LA COOPERATION FRANCO-RUSSE

L’Année croisée Russie-France en cours a aussi une dimension régionale. Dans cette édition il sera question de la région russe de Yaroslavl, qui développe activement des liens économiques, culturels et humanitaires avec la France.

L’Année croisée Russie-France en cours a aussi une dimension régionale. Dans cette édition il sera question de la région russe de Yaroslavl, qui développe activement des liens économiques, culturels et humanitaires avec la France. C’est ce que le gouverneur de la région Sergueï Vakhroukov raconte à notre correspondant Igor Yazon.


L’histoire de nos relations est bien longue, dit Sergueï Vakhroukov. Et le premier projet réussi (avec la France) est vieux déjà, je pense, de mille ans, lorsque la fille du prince Iaroslav le Sage, fondateur de notre ville de Iaroslavl, devint reine de France et son fils Philippe 1er régna pendant près de 48 ans. Et, à mon avis, la base des rapports de nos pays, jetée il y a dix siècles, connait un développement heureux.


L’histoire de la ville de Yaroslavl remonte à 1010, quand le Prince de la Russie de Kiev Yaroslavl le Sage fonda sur la rive droite de la Volga une forteresse de bois, en lui donnant son nom. Les relations entre la Russie de Kiev et la France commencèrent un peu plus tard, lorsque le prince maria sa fille Anne Yaroslavna au roi français Henri 1er. A son premier fils – le futur roi de France – Anne (Agnès) donna un nom gréco-byzantin de Philippe, qui n’était pas alors employé en Europe de l’Ouest. Vu la bonne réputation de Philippe 1er dans le peuple, ce nom a été donné à encore cinq rois de France… L’histoire contemporaine des rapports entre Iaroslavl et la France débute dans les années 70 du siècle dernier, quand elle devient ville jumelée de Poitiers française.


Cette ville coopère depuis déjà longtemps avec notre Yaroslavl, raconte Sergueï Vakhroukov. Nous avons une Maison d’amitié « Iaroslavl-Poitiers », o

ù

fonctionnent des cours de français, sont organisées de nombreuses manifestations, expositions, tables rondes avec des invités poitevins, qui concourent à mieux comprendre la France, son passé et son présent. Plusieurs de nos écoles entretiennent des liens d’amitié avec celles de Poitiers, il y a des échanges d’enseignants-linguistes. Ainsi, les nôtres se rendent à Poitiers, o

ù

le russe est enseigné dans certaines des écoles. Des relations pareilles au niveau des écoles sont établies avec deux autres villes de notre région – Rybinsk et Ouglitch, o

ù

des sociétés françaises sont présentes. Et voilà que de tels rapports de jumelage aident nous et nos amis en France à trouver de nouvelles sphères de coopération.


Soit dit à propos, il y a une dizaine de jours le gouverneur de la région Sergueï Vakhroukov s’est entretenu dans la capitale française avec le président de l’Université Paris-Sorbonne Georges Molini au sujet de l’application de l’accord de coopération entre cette Université française et deux à Iaroslavl – l’Université Demidov et l’Université technique.


L’accord entre ces trois Universités est bien concret, dit Sergueï Vakhroukov. Il fait promouvoir ces relations tant au niveau de l’échange de délégations, qu’à celui, essentiel, de coopération en matière de l’amélioration de la qualité de l’enseignement. Parce que nous avançons rapidement vers le processus de Bologne. Nous tenons beaucoup à ce que nos diplômes et notre instruction soient reconnus au niveau international, ce qui à ce moment n’est pas aussi facile pour nous. Nos contacts avec l’Université Paris-Sorbonne nous rapprochent considérablement de cet objectif.


Une conférence internationale « L’Etat contemporain et la sécurité globale » s’est déroulée en septembre 2009 à Yaroslavl sous l’égide du président de Russie Dmitri Medvedev. Elle a rassemblé quelque 500 spécialistes, hommes politiques et personnalités publiques de 18 pays. La délégation de France y était conduite par le Premier ministre François Fillon. En septembre prochain un Forum politique mondial se tiendra à Yaroslavl, dont l’un des thèmes sera l’examen des standards de la démocratie et l’efficacité de leur application. L’Université de Sorbonne, a noté le gouverneur, a de vieilles traditions à cet égard et des recherches sérieuses, qui seront certainement demandées au futur forum. C’est de cela qu’il a conversé avec le président de l’Université Georges Molini.


Mon entretien avec le gouverneur Sergueï Vakhroukov se déroulait au bureau moscovite de la région de Iaroslavl au moment, o

ù

l’on passait en direct à l’une des chaînes de télévision russes la rencontre du président russe avec des hommes d’affaire français, au deuxième jour de la visite d’Etat de Dmitri Medvedev à Paris. « A ce propos, comment évolue la coopération économique de votre région avec la France ? », a demandé au gouverneur notre correspondant.


Le président a dit aujourd’hui dans son allocution qu’en absence de contacts économiques, de leur essor une coopération dynamique ultérieure serait difficilement imaginable, répond M. Vakhroukov. Certes, les échanges culturels, le jumelage de villes, tout cela est important et doit être développé surtout à l’occasion des années croisées de la Russie en France et de la France en Russie. Or il très significatif de continuer à étendre des échanges économiques. Pour notre région c’est également une position de principe. Nous trouvant à Paris, nous avons tenu dans les locaux de la Représentation commerciale russe une rencontre avec des hommes d’affaires français. Elle a attiré l’attention de plus d’une vingtaine de sociétés françaises. D’ailleurs, nous n’étions pas les seuls à présenter le potentiel économique de notre région au regard de l’investissement. Des responsables des entreprises françaises, travaillant déjà en notre territoire en ont également parlé à leurs compatriotes. Ils présentaient leurs projets et racontaient comment ils étaient mis en œuvres. Y ont, en particulier, intervenus des dirigeants de la société « Snecma » du groupe « Safran », coopérant avec notre société « Satourn » dans le cadre de la conception du moteur pour le nouvel avion régional russe « SuperJet-100 ». Ce projet très important pour la Russie va bientôt aboutir, et dans le deuxième semestre de l’année l’avion va opérer sa sortie sur le marché mondial. Un responsable du groupe français « Nexans », ayant mis en service l’automne dernier une usine de câbles dans le parc technologique d’Ouglitch, a pris également la parole à cette rencontre. L’opinion des entrepreneurs français qui travaillent déjà dans la région de Yaroslavl atteste le mieux de ses possibilités. Avec des responsables de Gaz de France nous avons discutés le projet visant à augmenter l’efficacité énergétique. Un autre grand projet concerne la création d’une entreprise pour la fabrication des centrales électriques à diesel de petite puissance avec la société Man Diesel SAS à Rybinsk. On étudie des projets avec Magna et Valeo pour la production des équipements pour véhicules, branche traditionnelle de l’économie de la région. On peut également mentionner la construction des moteurs diesel d’après la technologie de Renault. En somme, nous évaluons avec satisfaction l’état de notre partenariat d’affaires avec la France, tandis que l’Année croisée ne fait qu’ajouter de l’optimisme aux perspectives de nos rapports, conclut l’entretien le gouverneur de la région de Yaroslavl Sergueï Vakhroukov.


C’était un entretien avec le gouverneur de la région de Yaroslavl Sergueï Vakhroukov, qui parlait de la coopération de sa région avec la France.





  •  
    Partager via
    Important
    Nos articles sont ouverts aux commentaires. Nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux.
    Nous vous rappelons également que vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
    La Voix de la Russie se réserve le droit de refuser ou de retirer certains commentaires.
    Bonne discussion !
Jihadistes: l'Europe peut-elle faire face à l'embrigadement des jeunes?