11 août 2011, 13:47

Les émeutes en Grande-Bretagne : un avertissement pour le monde entier

Les émeutes en Grande-Bretagne : un avertissement pour le monde entier

Les parlementaires britanniques se réuniront aujourd'hui suite à des émeutes qui ont envahi le pays. Tous les pays européens devraient tirer les enseignements des événements en Grande-Bretagne, disent les experts.

Les parlementaires britanniques se réuniront aujourd'hui suite à des émeutes qui ont envahi le pays. Tous les pays européens devraient tirer les enseignements des événements en Grande-Bretagne, disent les experts.

Les Français ont une légère sensation de déjà-vu : les émeutes britanniques leur rappellent les événements de 2005 en France. La ressemblance est frappante jusqu'à dans les faits. En 2005 les émeutes ont été provoquées par la mort de deux adolescents que les agents de police avaient poursuivis. Les petits groupes de jeunes gens se sont mis alors à incendier les voitures et casser les vitrines un peu partout en France n'hésitant pas à affronter la police. Pour le journaliste français Dimitri de Kochko les autorités françaises sont bien conscientes de ce que les violences peuvent aussi éclater en France :

« La première réaction est de dire : cela peut nous arriver à nous aussi. Personne n'est moqueur ni méchant. C'est que tous l'expliquent par la situation économique, par le désespoir de toute une génération restée sans emploi et avenir. En commentant les événements dans la perfide Albion les médias français accusent les autorités britanniques d'avoir été trop permissives à l'égard des communautés ethniques. C'est avec la complaisance des autorités que de nombreux ghettos ont fait leur apparition dans le pays ».

Mais cette affirmation est vraie pour n'importe quel autre pays de l'UE qui accueille, bon gré mal gré, les migrants. En Italie les réfugies tunisiens et libyens sont pour une énième fois à l'origine des troubles dans le pays à cause du refus des autorités de leur délivrer des titres de séjour. Le vice-président de l'Institut de politique internationale IPALMO, Dario Rivolta est convaincu : aucun Etat européen n'est à l'abri :

« Ces personnes ne meurent pas de faim, elles vivent toutes des allocations. Mais ces jeunes gens voient la richesse et la prospérité qu'ils ne pourront jamais avoir. C'est ce qui rend hostiles à l'égard de la société et de l'Etat. En soi, l'immigration n'est pas un mal. Mais il n'est pas bien lorsque le nombre d'étrangers augmente considérablement en un court laps de temps ».

Pour les experts russes les émeutes en Grande-Bretagne sont provoquées par la crise économique et l'échec de multiculturalisme. Le président du comité international du Conseil de la Fédération, Mikhaïl Marguelov souligne que « la faiblesse d'esprit face à son histoire a laissé entrer en Europe les migrants originaires du tiers-monde, dont la majorité fait bon marché des valeurs européens mais aussi des règles de comportement dans les rues de Paris, Bruxelles, Londres ou Cologne ».

  •  
    Partager via
    Important
    Nos articles sont ouverts aux commentaires. Nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux.
    Nous vous rappelons également que vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
    La Voix de la Russie se réserve le droit de refuser ou de retirer certains commentaires.
    Bonne discussion !
Lors des négociations sur le climat à Lima (Pérou), aucun accord véritable entre les pays n’a été atteint. Selon vous les conférences sur le climat sont-elles nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ?