4 mars 2013, 18:12

Un réseau social pour les enfants handicapés en Russie

Un réseau social pour les enfants handicapés en Russie

Le premier réseau social pour enfants handicapés commence à fonctionner en Russie. Le site a été officiellement lancé dans la région de Tomsk. Grâce à lui, les enfants et leurs parents pourront non seulement tenir un blog et communiquer entre eux, mais aussi chercher directement des bienfaiteurs.

Ce réseau social est unique. En tout cas, c’est ce que disent les auteurs du projet du fonds caritatif pour les enfants « Miracle ordinaire». La particularité de ce nouveau projet est que l’on ne sélectionne pas quelques enfants parmi les milliers de ceux qui ont besoin d’aide. Chaque enfant handicapé peut tenir son blog et y publier des photos, des vidéos, écrire des notes, placer des annonces, a noté le président du fonds caritatif pour les enfants « Miracle ordinaire» Elena Makarova.

« Nous ne voulions pas imposer de restrictions aux donateurs et aux bienfaiteurs par notre choix. Très souvent, les gens, après avoir aidé l’enfant une fois, veulent continuer à soutenir cet enfant. Nous ne faisons pas souvent de collectes de fonds pour les opérations ou le traitement à l’étranger. Beaucoup plus d’enfants ont besoin de plus petites sommes ».

Le site relie directement l’enfant qui a besoin d’aide avec la personne qui peut l’aider. En plus, cette dernière peut se trouver en n’importe quel point du globe, on peut effectuer le virement en un seul clic. Aujourd’hui, 23 pages sont remplies, et trois mille sont réservées - pour chaque enfant de la région de Tomsk.

Les plus importantes plateformes de communication et de collecte de fonds sont Facebook et Vkontakte. C’est à travers ces sites qu’on a collecté l’argent pour Mariana Sadikova – une fillette de 13 ans, soufrant d’un cancer. Mais c’est pour lui offrir un appareil photo professionnel, pas pour financer son traitement. Pour Mariana qui s’intéresse à la photographie, c’était le remède le plus efficace.

Les photos de Mariana ont été exposées en février à Moscou. Nombreux sont ceux qui l’ont appris par internet. Il est impossible de surestimer son rôle dans la vie de beaucoup d’enfants malades, a dit à La Voix de la Russie Lidia Moniava, du fonds d’aide aux hospices « la Foi ».

« Je vois souvent que les enfants ayant souffert d’un cancer ne peuvent pas trouver de langue commune avec leurs camarades de classe, parce qu’ils s’intéressent à d’autres choses. Et il est important qu’il existe des possibilités pour discuter avec des personnes comme toi ».

Selon Lidia Moniava, les sites regroupant les enfants handicapés souffrant de cancers sont nécessaires. Ne fût-ce que parce que ces enfants n’ont souvent pas d’autres moyens pour communiquer. T

  •  
    Partager via
    Important
    Nos articles sont ouverts aux commentaires. Nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux.
    Nous vous rappelons également que vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
    La Voix de la Russie se réserve le droit de refuser ou de retirer certains commentaires.
    Bonne discussion !
Sommes-nous au bord d’une nouvelle crise économique ?