23 avril 2013, 23:47

Donner un format numérique à tous les sites culturels

Donner un format numérique à tous les sites culturels

Les données sur tous les sites du patrimoine culturel russe seront consultables sur Internet dès l’année prochaine. Et dans encore quelques années une liste électronique complète de telles unités sera officiellement établie.

L’établissement du registre est confié au ministère de la Culture de Russie. Le travail à accomplir est énorme, car il s’agit de répertorier quelque 146 mille sites culturels. Pour chacun d’eux des documents appropriés existent déjà, mais généralement sur papier, dit le vice-ministre de la Culture Grigori Piroumov.

Je pense que d’ici au premier trimestre de 2014 nous parviendrons à traiter tout le massif d’information, en le portant sur des supports numériques et posséderons toute la base de connaissances.

Mais ce ne sera pas encore un registre public ! Il faudra visiter chacun des sites, comparer les bases de données à l’état de choses réel. Le ministère de la Culture promet de le faire vers 2018 au plus tard. Et ce n’est qu’après que cette liste public aura une dimension juridique, qui pourra servir les organes étatiques, les entrepreneurs. Comment ? Ces questions sont légiférées parallèlement. On sait que de nombreux sites, vieux de plusieurs siècles, se trouvent dans un état désastreux. « Concernant de tels monuments le ministère de la Culture propose une idée intéressante », dit Grigori Piroumov.

Nous disons à un investisseur privé : prenez, s’il vous plaît, ce site et remettez-le en ordre. Cinq ans vous est donnée pour cela. Pendant 5 ans l’investisseur paye un prix de location assez élevé, comme si le site est déjà rénové. Mais dès que l’investisseur honore tous ces engagements en matière de remise en ordre du site culturel, il bénéficie immédiatement d’un prix de location symbolique d’un rouble pour le mètre carré. C’est-à-dire que nous encourageons l’investisseur à terminer le plus vite possible les travaux de restauration, à investir de l’argent et à entretenir ce monument par la suite.

« Une idée somme toute bonne, mais son application pose des questions », a commenté pour notre radio Alexandra Koroleva, responsable de l’Association de la protection des monuments historiques et culturels de Russie.

A Moscou c’est encore faisable. Moscou est une grande ville, une cité riche. Mais si on regarde du côté des régions de la Russie, de ces coins retirés ? S’engager à rénover un domaine éloigné des autoroutes, ça coûtera trop cher. Et qu’en faire ensuite ? Y habiter ? Organiser la peinture de plein air pour des artistes ? Je ne sais pas… Peut-être que les descendants directs voudraient s’en occuper. Des exemples existent : dans la région d’Arkhangelsk, je sais que des gens ont investi de l’argent pour faire du domaine familial un centre de culture pour les habitants locaux…

D’ailleurs, le registre public montrera qui et comment exploite des sites culturels en ce moment. Il est bien possible que certains se voient retirer le droit de louer de tels monuments culturels.

  •  
    Partager via
Un récent sondage mené en Ukraine montre que 64% des Ukrainiens sont opposés à la fédéralisation dans leur pays. Selon vous, quel régime administratif est le mieux adapté à l’Ukraine ?