30 octobre 2013, 18:45

La zone euro sombre dans le gouffre de la dette

La zone euro sombre dans le gouffre de la dette

Par La Voix de la Russie | L’Association des caisses et des banques d’épargne allemandes (Deutscher Sparkassen - und Giroverband, DSGV) a publié des statistiques inquiétantes montrant que le taux d’épargne des Allemands est tombé au niveau le plus bas depuis 2002. C’est un signal d’alarme pour toute la zone euro dont le salut dépend directement des succès économiques de l’Allemagne.

Le problème de la dette dans la zone euro et à l’échelle de l’UE, a atteint des proportions phénoménales, a confirmé Viatcheslav Sentchagov, expert de l’Institut de l’économie.

« Le problème des dettes est effectivement très grave au sein de l’UE. La Grèce, l’Espagne et l’Italie avaient emprunté à gauche et à droite et sont littéralement criblées de dettes. Les analystes et surtout les hommes politiques de l’UE avaient laissé faire à l’époque. Tout le monde était au courant des critères d’unification des pays et des normes d’efficacité de fonctionnement des institutions de l’Union Européenne. Pourtant, personne ne songeait à les respecter. »

Tout porte à croire que la BCE devra faire fonctionner à plein régime le mécanisme de rachat des « mauvais » titres publics des pays « à problèmes » pour redresser la situation dans la zone euro. Pour réaliser ce scénario, la BCE et son président Mario Draghi, devront faire preuve d’une grande volonté politique car ces opérations sur le marché des titres signifient que les dettes des Grecs ou des Portugais seront réparties entre tous les membres de l’UE. Mais l’expert Denis Barabanov a fait remarquer que la BCE, organisme financier puissant et faisant autorité, est capable de prendre les mesures les plus énergiques :

« C’est un organisme financier collégial et les décisions sont prises collectivement par ses responsables. C’est également une des rares institutions européennes capables d’agir rapidement et efficacement. »

Les institutions et les indices boursiers américains et asiatiques continuent à soutenir dans une certaine mesure l’économie européenne. Notamment, selon l’agence de presse financière Bloomberg, la Réserve fédérale américaine n’entend pas encore renoncer à son programme de stimulation économique quantitative. Cependant, la FR ne réglera pas le problème des dettes européennes à la place des Européens eux-mêmes. T

  •  
    Partager via
Hôtels, séjours, voyages : faites-vous confiance aux sites de réservation en ligne ?