9 mars, 11:39

Le chasseur T-50 va revêtir l’uniforme militaire

Le chasseur T-50 va revêtir l’uniforme militaire

Par La Voix de la Russie | Les Forces aériennes de Russie commencent les tests d’Etat du chasseur de cinquième génération T-50, créé dans le cadre du programme PAK-FA (Futur système aéronautique de l’aviation de front).

Le début des tests d’Etat est une étape importante de la vie d’un chasseur, qui prouve que la nouvelle machine peut commencer les tests en vue de sa prochaine utilisation dans des buts militaires.

Les premières machines de nouvelle génération devraient arriver au centre de tests militaires d’Akhtoubinsk dès ce printemps. Quant aux tests d’Etat, leur début est prévu pour le mois de mars-avril de cette année. En toutcinq machines sont visées par ce programme, le cinquième appareil T-50étant monté dans les airs en octobre de l’année dernière. Le mois suivant, le nombre total de vols d’après ce programme a déjà dépassé 450. Le rythme des vols est en train d’augmenter : ainsi, en octobre 2012 les T-50 ont effectué en tout à peine 150 vols depuis le début des tests en janvier 2010, alors qu’au cours de l’année suivante, plus de 300 vols ont été réalisés. Effectuer 400 à 500 vols chaque année va devenir réel à condition de posséder 6 à 8 machines déjà rodées. Cela permettra de réaliser le programme des tests de 2000 vols en 3-4 années. Vers 2015, les nouveaux appareils devraient arriver au Centre d’affectation et de formation des pilotes pour l’Armée de l’air de Russie.

Le T-50 sera le premier chasseur de nouvelle génération à intégrer l’armée de l’air russe depuis la fin des années 1980. En tout jusqu’à la fin de la décennie, l’acquisition d’une série de 50-60 T-50 est prévue, alors que le nombre total de machines que devraient recevoir les forces armées s’élève à 200-250. Selon les suppositions, la première partie armée du lot d’avions devrait être mise au point dans les années 2017-2018.

Le nouveau chasseur devrait sensiblement augmenter le potentiel de combat de l'Armée de l'Air, en remplaçant les avions sur la plateforme T-10 (il s’agit des avionsSu-27 et partiellement Su-30). Ils assurent la supériorité, notamment lors des affrontements avec l’ennemi potentiel, qui dispose de machines modernes de quatrième génération, ou alors de chasseurs F-35et F-22 de cinquième génération, comme c’est le cas pour l’armée de l’air américaine.

Les projets de chasseurs de cinquième génération ont été développés en Union soviétique dans les années 1980, et vers le milieu des années 1990, le bureau de construction Mikoyan-Gourevitch (MiG) a élaboré le projet 1.44, et le bureau de construction Soukhoï – le projet S.37. Le projet S.37 n’était pas conçu à l’origine comme une machine militaire. C’était un avion d’essai, sur lequel devraient être testées les nouvelles technologies. Mais le développement du projet n'a pas été achevé.

À la fin des années 1990, il s’est avéré que les projets existants des chasseurs étaient en train de devenir obsolètes et que les Forces aériennes de Russie recevraient avec plus de 10 ans de retard un chasseur dont les qualités techniques sont sensiblement inférieures au modèle F-22, mis au point aux Etats-Unis. Résultat, vers le début de la nouvelle décennie, la décision d’élaborer un nouveau chasseur a été prise. Trois bureaux de construction - Soukhoï, Mikoyan, et Iakovklev - ont soumis leurs projets. C’est le projet Soukhoï qui a remporté l’appel d’offres. Le modèle a reçu l’appellation T-50.

Contrairement au F-22, dont les concepteurs ont sacrifié largement les possibilités de vol en faveur de la furtivité, lors de la conception du

T-50, la tâche a été assignée de combiner ces qualités. C’est pourquoi le T-50 possède de très bonnes caractéristiques de vol, notamment en ce qui concerne la vitesse et le rayon d’action, et qui sont importantes pour le déploiement des armes à l’intérieur du pays, ce qui donne un avantage tactique sensible.

Quant à la furtivité, elle n’a pas été sacrifiée. Durant les dix années qui séparent le lancement du T-50 et du F-22, l’aéronautique a pris une longueur d’avance. De nouveaux matériaux composites, les revêtements, et les colorants en combinaison avec des calculs avancés de la géométrie de la machine, ainsi que la fonction des radars qui bloquent la reprise d’air, garantissent au chasseur T-50 une furtivité maximale.

Cependant le plus grand avantage du T-50, ce n’est pas l’avion lui-même, mais son système de contrôle de tir, notamment le radar à réseau actif et à balayage électronique à l'avant et des antennes supplémentaires dans la section de l'aile et la queue de l’avion, offrant ainsi une visibilité tous azimuts au pilote.

Le T-50 possède un net avantage sur le F-35, qui, compte tenu des circonstances, n’est pas devenu un chasseur de cinquième génération à part entière. Cependant le prix de ce dernier est légèrement inférieur à celui du F-22.

Le T-50 est comme le F-35 est orienté ​​notamment sur les marchés étrangers. Le premier et le plus grand projet du constructeur russe des chasseurs de cinquième génération, c’est le développement conjoint avec l'Inde du chasseur de cinquième génération FGFAsur la base de T-50. La création du chasseur FGFA devait ouvrir la voie au marché extérieur à la plateforme T-50. D’ailleurs, c’est un contrat indien qui a permis aux avions Su-30 de devenir le modèle le plus vendu au cours de ces dernières 15 années. T

  •  
    Partager via
    Important
    Nos articles sont ouverts aux commentaires. Nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux.
    Nous vous rappelons également que vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
    La Voix de la Russie se réserve le droit de refuser ou de retirer certains commentaires.
    Bonne discussion !
La France doit-elle livrer le navire de guerre Mistral à la Russie ?